Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alors qu'une étude génétique est en cours pour étudier la recolonisation naturelle du Bastan, une autre vient de s'achever afin d’améliorer les connaissances sur les populations de truites dans le haut bassin du gave d'Arrens.

Cette étude a été réalisée avec la collaboration du Parc National des Pyrénées et de l'Université de Montpellier.

Elle est consultable ci-dessous :

Structuration génétique des populations de truites
Structuration génétique des populations de truitesStructuration génétique des populations de truites

Extrait : " Ces observations sur la diversité et la panmixie, ainsi que la quasi absence de forme domestique dans le gave d'Arrens nous suggère que ces peuplements sont en bonne santé et méritent la gestion patrimoniale qui y est pratiquée depuis une quinzaine d'années. Même si la densité ou la démographie des populations échantillonnées ont paru faibles lors des pêches de 2014, avec une présence irrégulière le long du linéaire (amont du Larribet à forte pente, plateau de la Couradette), des densités parfois très faibles (Labassas), même si les échanges entre stations échantillonnes sont nuls (Fst toujours significatifs entre stations amont, Tableau 4), force est de constater que l'ensemble est naturel et fonctionnel."

Structuration génétique des populations de truites

Une autre étude récente de l'INRA disponible ci-dessous, démontre bien la forte diversité des populations de truites Pyrénéennes, ainsi que la facilité de distinguer les truites domestiques, des truites sauvages grâce à la structuration génétique.

On y confirme plusieurs choses, comme le faible impact des repeuplements sur les populations naturelles, et la remarquable spécificité des truites du gave du Marcadau, qui sont les seules à posséder une forte tendance méditerranéenne.

D'ailleurs cette spécificité se retrouve clairement dans la souche dite "sauvage", qui est élevée à la pisciculture fédérale de Cauterets (voir les clusters rouge dans le rapport). En effet, elle est issue de géniteurs sauvages de ce même gave et les alevinages sont uniquement réservés aux ruisseaux du secteur. La conservation de cette souche originale du bassin de Cauterets est depuis de nombreuses années, un objectif important de la Fédération.

Lien vers le rapport INRA :

Tag(s) : #Etudes, #Gestion

Partager cet article

Repost 0